engawa 


    info
    
        foyer
        hommage à Ohno Kazuo
        digital soba choko
        dés-œuvres de jeunesse    
        habiter l’exposition
        transfiguration      
        jo ha kyu                      


fanny terno


    info
                  
        les yeux rougis
        reconnaissance des formes
        l’exposition comme jardin
        tokonoma
        sauts de chats       
        tout fou lacan
        4x6 non title event
        pictures


thomas vauthier


    info  
             
        dés-œuvres de jeunesse
        kyoto survey          
        artifices
        protocoles
        digital painting
        minimenta
        diaporama
       


    ︎ - ︎












Tous droits réservés. 2020.

Fanny Terno & Thomas Vauthier.

L’exposition comme jardin

Exposition à l’espace Van Gogh, Arles.
6 juin 2018.


Les oeuvres de Fanny Terno ouvrent sur un monde de la discrétion.
Les images s’échappent, évasives. Leurs présences sont toujours évanescentes, quelque chose apparait pour si tôt se retrancher.

C’est une figuration en creux, le visible côtoie l’invisible, Fanny Terno creuse la représentation, y laisse un espace vacant, une fenêtre pour le spectateur. Elle se place ainsi dans la lignée de l’histoire de la photographie depuis ses origines, hantée par des fantômes et la magie (photographie spiritisme, punctum de Barthes)

Par une fenêtre on peut apercevoir plusieurs figures qui attirent et attisent  l’attention.

Un vêtement rouge, étalé au sol, manifeste une présence passée, révolue, un ça-a-été mystérieux et narratif.

Plus loin, de nuit, un éclair de flash surprend des bouteilles d’eau disposées comme des sculptures, ainsi que des tâches blanches suspendues à des branches. Sur de fins textiles bleus, doux comme une peau, des formes indistinctes apparaissent en demi-teintes. Rien ne se dévoile, tout n’est que suggéré.

Certaines images se refusent même au regard, caché dans un (re)pli de tissu ou sous une cimaise. Acte radical d’échappée, de discrétion, de délicatesse. L’image la plus précieuse n’est-elle pas celle qu’on garde la plus secrète?

Enfin, un objet, une Magic 8 Ball, cette fameuse sphère magique  censée prédire l’avenir est secouée à travers la réponse à des questions existentielles. Dans ce montage de vidéos amateurs d’acharnés, sceptiques en soif de réponses, la Magic 8 Ball est détruite pour en décortiquer les entrailles et le fonctionnement des réponses attendues. 

Finalement, cet objet symbolise bien de que nous propose Fanny Terno à travers l’exposition : une œuvre, qui en refusant de s’offrir totalement, en se refusant à une saisie instantanée et acéphale, nous invite à prendre le temps en suscitant notre attention pour finalement reechanter le réel.  

T.V.



︎ Vues de l’exposition
Crédits : Nicolas Cantin, Fanny Terno.







Sélection de pièces présentées

 

︎ Gestes loopés 

Vidéo en boucle, moniteur trinitron, 2018.
(Extrait) 











︎ Rock my symbols

Vidéoprojection, 6’24”, 2018.









︎ Jeté tombé

Tirage c-print sur dibon, 59 x 84 cm, 2017.









︎ Portrait au fukusa (Thomas)

Impression jet d’encre contrecollé sur dibon, 59 x 84 cm, 2017.








︎ Image sous tissu (le don)

Tissu grège en soie replié, photographie d’archive personnelle, 2018.








︎ Regarder le vide (retourner l’aura)

Image-trace d’une performance issue de DODJ, impression jet d’encre contrecollée sur dibon, 10 x 15 cm, 2018. 
Performeurs : Théo Casciani, Odilon Ottinger, Cléo Verstrepen, Thomas Vauthier à Paris.
 









︎ Sauts de chats

Deux impressions jet d’encre sur papier hahnemühle mat, 165 x 100 cm, 2018.








︎ Il y a, il n’y a pas

Impressions c-print sur papier highgloss, 120 x 93 cm.








︎ Transfiguration

Série photographique, Monaco, 2018.









︎ Cabanon 

140 x 140 x 140 cm, pans de soie vierge, vidéoprojection









︎ H-pad (mariano, arles)

Performance issue de DODJ, réactivée lors de l’exposition.